​​​​​​

Actualités
Illustration Réforme des retraites 2018 : les projets d'Emmanuel Macron
12/09/2017

Réforme des retraites 2018 : les projets d'Emmanuel Macron

Simplifier le système des retraites, telle est la volonté du gouvernement d’Emmanuel Macron avec le projet annoncé de réforme des retraites prévue dès 2018​.
​Le souhait : ​instaurer un nouveau système universel où la retraite serait calculée à partir des cotisations et de l'espérance de vie.

​Voici ci-dessous des explications sur les changements à venir à partir des premiers éléments fournis au cours de ce début de quinquennat. 
Nota : ces informations sont susceptibles d'être modifiées au fil de l'élaboration de la réforme, qui commencera en 2018.

Un seul Régime
Aujourd'hui, le système des retraites comporte 35 régimes professionnels de base et 29 régimes complémentaires​. Emmanuel Macron souhaite uniformiser le système en appliquant les mêmes règles de calcul pour tous (public et privé, régimes spéciaux...) : un euro cotisé donnera les mêmes droits quel que soit le moment du versement de la retraite ou la qualité du cotisant, même si la catégorie socio-professionnelle et les conditions d’âge pourraient influer sur le calcul final (chaque régime pourra conserver son propre taux de cotisation).

Calcul
Actuellement, les retraites du régime général des salariés sont calculées à partir du salaire annuel moyen perçu par chaque salarié au cours de sa carrière, que l'on multiplie par un taux de liquidation, qui peut varier en fonction du nombre de trimestres cotisés.
​Le Président souhaite modifier ces règles de calcul en créant pour chacun un compte virtuel (« compte notionnel ») sur lequel seraient enregistrées les cotisations retraite versées. Lorsque le salarié voudra partir à la retraite, on retiendrait alors l'ensemble des sommes versées au cours de la carrière, que l'on diviserait par le nombre d'années de vie restantes "en théorie". Ce nombre serait évalué à partir de l'espérance de vie pour la classe d'âge concernée.

Avec ce nouveau système, les notions d'annuité et de retraite à taux plein disparaitraient.

Age légal
L'âge légal de départ à la retraite ne sera pas augmenté et restera, pendant toute la durée du quinquennat,​ à 62 ans. Toutefois, il est possible de partir plus tôt, sous certaines conditions. On parle alors de retraite anticipée​. De la même manière, les salariés et indépendants souhaitant prolonger leurs carrières pourront bénéficier de la fameuse « retraite à la carte » : « chacun pourra mieux choisir son âge de départ ». 

Répartition
Le régime par répartition sera conservé. Les cotisations versées aujourd'hui continueront donc de payer les pensions des actuels retraités. Les cotisations d'assurance retraite ne seront pas supprimées et continueront donc à être prélevées sur les salaires, contrairement aux cotisations d'assurance maladie et d'assurance chômage que le gouvernement compte supprimer dès 2018.

Taux de cotisation
Aucun allongement des cotisations n’est prévu.​ Les taux de cotisation continueront à différer selon les statuts (salariés, indépendants, etc.). 

C​arrière longue
Dans son projet, Emmanuel Macron a également laissé entendre que les carrières longues continueraient d'être prises en compte. Pour rappel, il est possible de bénéficier d'une retraite anticipée pour carrière longue si on a commencé à travailler avant 20 ans et qu'on justifie d'une durée minimale d'assurance cotisée. Pour l'heure, on ne sait pas encore comment seraient prises en compte les carrières longues au sein de la réforme.

Pénibilité
De la même façon, Emmanuel Macron annonçait dans son programme qu'il serait toujours possible de bénéficier d'un départ en retraite anticipé pour pénibilité du travail. Pour rappel, ce dispositif permet à certains travailleurs du secteur privé de cumuler des points sur un compte personnel de prévention de la pénibilité, lorsqu'ils exercent certains métiers dits "pénibles". 
En juillet dernier, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que ce compte pénibilité serait réformé dès 2018, dans le cadre des ordonnances visant à réformer le Code du travail. Avant même la réforme du système des retraites, le nouveau "compte de prévention" prévoit de modifier les règles de quatre des dix critères de pénibilité. La manutention de charge lourde, les postures pénibles, l'exposition à des agents chimiques et les vibrations mécaniques n'ouvriront plus le droit à un départ anticipé à la retraite, sauf lorsque l'employé se verra reconnaître une maladie professionnelle ou une incapacité permanente excédant 10 %.​

Date d'entrée en vigueur
Compte tenu de l'ampleur des chantiers à mener, la réforme n'entrera pas tout de suite en vigueur.
Selon Emmanuel Macron, la mise en place du nouveau système sera progressive. Les conditions de départ des assurés qui sont à moins de 5 ans de la retraite ne devraient pas être modifiées. Pour les autres, la transition se fera graduellement.​
D'après un calendrier rendu public par le gouvernement, les discussions autour de la réforme
du système des retraites devraient débuter au cours de l'année 2018. Elles succéderont notamment à la réforme de l'assurance chômage que le gouvernement souhaite initier au printemps 2018.