​​​​​​​​

Actualités
Illustration #Ondébranche : Qui sont les
09/11/2018

#Ondébranche : Qui sont les "Ditouzu" ?

​Soixante-huitards, babyboomers, bobos, génération X ou Y… A peine l’entreprise s’est-elle adaptée à la Génération Y, voilà que la suivante arrive déjà avec ses codes et sa vision du monde professionnel. 

On les dit narcissiques, obsédés du selfie, plutôt rétifs à l’autorité, rivés à leur téléphone portable, incapables de se concentrer plus de 10 secondes sur quelque chose, rois du zapping. 
Roulement de tambour….Bienvenue dans le côté obscur de la génération Z (Z pour génération zapping !) ou les « ditouzu », le clan de ceux qui ont la tête baissée​.


La génération Z passée aux rayons X 

Pour commencer, définissons le profil type de cette génération Z qui fait déjà trembler les entreprises et managers. 
Nés après 1995, un téléphone portable et un écran d’ordinateur dans leur berceau, ils sont très curieux, lucides et informés sans être désabusés. Ultra-connectés, exigeants, étudiants pour toujours et entrepreneurs de leur propre destin.

Être un Z en entreprise
La génération Z, seconde génération à avoir vécu la mondialisation est partagée entre sa culture nationale et internationale. La clé de la réussite est pour eux lié « au bon visa » c’est-à-dire être engagéedans une structure à l’international.

A la fois geek, roots et dandy du 21ème, c’est une génération qui fait tout plus vite. Instantané pourrait être le mot les définissant le mieux !

Ils sont 72% a révéler que leur image est importante en dépit de ce qu’en pensent les autres, ils ont pour souhait de pouvoir être qui ils veulent sans avoir à se soucier du « qu’en dira t-on ». Cela ne veut pas dire qu’ils sont autocentrés bien au contraire. La génération Z est en interaction permanente avec son environnement et gravite au sein d’un réseau, clé de la réussite dans le monde professionnel. Cette forte implication au sein de réseaux tend à montrer que la génération Z pense collectif avant tout. La participation de chacun à la création de l’édifice met en avant sa vision collaborative, voire coopérative.

Qu’attendent les Z du monde de l’entreprise ?
Leur premier critère pour intégrer une entreprise est la bonne ambiance. L’entreprise n’est plus un lieu de travail, elle devient un lieu de vie au sein duquel les membres de la génération Z souhaitent s’épanouir. Ils aiment mener une vie pleine de défis, de nouveautés et de changements, et cela sera de même dans l’entreprise. L’ennui les pèse et ont une aversion pour la routine. Capter leur attention pendant trois heures consécutives est quasiment impossible. Ils ont besoin de concret.

Cette nouvelle génération souhaite exister, s’affirmer, créer, se réaliser… pour réussir. Face à leur hyper-connexion, ils ont besoin d’une entreprise avec un management horizontal, de proximité où la prise de parole est facilitée. Les entreprises doivent donc prendre en compte ce phénomène culturel, en repensant dans un premier temps leur modèle de management pour aller vers un leadership humain plus équilibré, en développant davantage la culture d’entreprise autour d’une culture digitale, de communauté partageant les mêmes valeurs.

Certes, cette génération a des codes différents de ses prédécesseurs. Et c’est une bonne nouvelle : le partage, la coopération, la créativité et le faire ensemble font partie de ses grandes forces. En résumé, la génération Z attend de l’entreprise un véritable épanouissement qui passe par de l’autonomie, de l’amusement mais aussi de l’éthique. Prometteur, non ? 

Allez, restez zen on parle aussi de Génération K (comme “Katniss”, l’héroïne du film “Hunger games”), une variante de la Z, ou de Génération Alpha, à peine entrée en primaire actuellement ! De quoi en perdre son alphabet, vous ne trouvez pas?