​​​​​​​​

Actualités
Illustration On débranche : vous avez deux minutes !
13/12/2018

On débranche : vous avez deux minutes !

Mails, rapports, articles, mémos... nous sommes tous submergés par une multitude d'informations qu’il faut lire, synthétiser, disséquer, retransmettre… et pendant ce temps, les autres urgences s’accumulent, le téléphone n’arrête pas de sonner et vos collègues ont une discussion animée… ce qui n’aide pas à la concentration !

Comment réussir à traiter autant de données sans perdre de ce temps si précieux ? Comment gagner en rapidité de lecture sans en perdre une miette ?

Rassurez-vous, on a trouvé pour vous quelques astuces des pros de la lecture rapide qui vous aideront à venir à bout des textes même les plus rébarbatifs !

  • Commencez par adopter la bonne posture, essentiel si vous devez lire des documents de plusieurs pages ! 
Avant de vous lancer dans la lecture, prenez une position qui favorise la concentration. Asseyez-vous en posant les pieds bien à plat. Réglez le dossier de votre fauteuil de manière à avoir le dos droit, voire légèrement penché en avant et soignez l’éclairage !
 
  • ​Autorisez-vous  à faire des "sauts" de mots  et apprenez à photographier le texte pour en saisir le contenu général plutôt qu'à faire du décryptage. 
C’est ce qu’on appelle la technique visuelle de "photoreading" (ou photolecture). La technique s'appuie sur les deux piliers de la lecture : les points de "fixation", là où le regard s'arrête pour bien appréhender le mot, et "saccades" (le nombre de mots lus d'un seul coup). Il s'agit d'espacer ces points de fixation et d'élargir ces saccades en s'exerçant à photographier des groupes de mots de plus en plus nombreux. Un balayage horizontal utile dans les lectures de documents complexes.

  • ​Opérez des survols de texte
Balayez l’introduction et la conclusion, qui fixent le cadre et donnent les éléments clés du document. Passez du temps sur le sommaire s’il en existe un. Il permet de sélectionner des sections intéressantes en fonction de votre objectif. Et, si vous travaillez sur un document numérique, «n’oubliez pas que la lecture sur écran fatigue les yeux». Imprimez les parties du texte les plus intéressantes, ce qui constitue déjà un excellent premier filtre.

  • ​Entraînez-vous à élargir votre champ de vision
Plus le temps passé à lire une phrase est réduit, plus notre cerveau parvient à en reconstituer le sens. Accélérer son rythme de lecture ne revient donc pas seulement à gagner du temps, mais permet également de gagner en efficacité. La rapidité d’une lecture dépend du nombre de mots que l’œil perçoit à chaque arrêt. Avec de l’entraînement, on peut élargir cette amplitude de vision, appelée «empan».

  • ​Organisez votre mémoire de manière efficace
Entre cinq et neuf : c’est le nombre d’informations que notre mémoire peut extraire d’un document et retenir. Au-delà, il vous faudra consentir un effort de tri et d’organisation de ces connaissances, par des synthèses régulières, par exemple.

En conclusion, sachez, vous adapter aux supports. Nous lisons nettement moins vite à l’écran que sur papier. Il est, en effet, plus difficile de survoler le document ou d’en avoir une vision globale car il faut souvent dérouler le texte à l’aide de la souris. La solution : réduisez les caractères pour avoir une vue d’ensemble, concentrez-vous sur l’habillage (titres, chapeaux, intertitres), affichez le sommaire pour vous repérer plus facilement, et faites défiler le texte en continu afin de vous forcer à lire vite.

N’hésitez pas non plus à ouvrir plusieurs fenêtres, pour passer d’un document à l’autre. Avec les e-mails, focalisez-vous sur l’objet du message, puis sur la première phrase, censée présenter le sujet de façon détaillée, ainsi que sur la dernière, qui indique normalement ce qu’on attend de vous (une réponse, un acte…). Le reste peut être lu en diagonale !

Bonne lecture !