une femme fait une radiologie du sein
1 min
Prévention

Cancer du sein : l'importance du dépistage

Publié le 19/10/2022

Détecté tôt, le cancer du sein guérit dans 9 cas sur 10. Il est pourtant la première cause de mortalité par cancer chez les femmes, mais aussi le plus répandu. En effet, on considère que près d’une femme sur 8 développera un cancer du sein au cours de sa vie. ​En 2015, près de 600 000 personnes bénéficiaient d’une prise en charge à 100 % par l'Assurance Maladie pour un cancer du sein.

Aujourd'hui, le cancer du sein fait l’objet d’un programme national de dépistage organisé afin d’être détecté précocement et d’en réduire la mortalité. Malgré cela, encore trop peu de femmes, âgées entre 50 à 74 ans répondent à l’invitation à faire une mammographie tous les deux ans.​

Alors, on ne le répètera jamais assez, faire les mammographies de dépistage​, même en l’absence de tout symptôme est essentiel. Petit retour sur le dépistage et de son importance.​

Le cancer du sein en chiffres

59 000

nouveaux cancers du sein ont été détectés en France en 2018

+ 12 100

décès ont été attribués à ce cancer

Environ 58 %

des nouveaux cas de cancer du sein surviennent chez les femmes âgées de 50 à 74 ans

Des cancers en hausse, ​moins de décès et un taux de guérison élevé

Lueur d'espoir, ​on observe, depuis quelques années, ​une baisse régulière de la mortalité, alors que le nombre de diagnostics a lui augmenté​ (on parle d'in​cidence). Cette amélioration s’expliquerait par un meilleur dépistage (60 % des cancers sont aujourd’hui détectés à un stade précoce) mais également par le développement d'une prise en charge thérapeutique toujours plus efficace. ​​Actuellement, 87 % des patientes, tous stades confondus, sont en vie 5 ans après le diagnostic.​

Tout savoir sur le dépistage

À​ qui s'adresse t'il ?

Le dépistage du cancer du sein a pour objectif de diminuer le nombre de décès causés par cette maladie. Bien sûr, se faire dépister n’empêche pas d’avoir un cancer du sein mais permet de le détecter plus tôt, avant l’apparition de symptômes. Cette détection précoce permet de soigner plus facilement le cancer, d’augmenter ses chances de guérison, mais aussi de limiter les séquelles liées à certains traitements.

Selon les chiffres issus d'études internationales, les programmes de dépistage du cancer du sein permettent de réduire de 15 et 21 % la mortalité par cancer du sein. Ainsi, grâce au dépistage, de 100 à 300 décès par cancer du sein sont évités pour 100 000 femmes participant de manière régulière au dépistage pendant 7 à 10 ans.

L’Institut national du Cancer (INCa)​ estime que « 80 % des cancers du sein surviennent après l’âge de 50 ans ». C’est à partir de cet âge qu’un dépistage répété régulièrement est le plus efficace afin d’augmenter les chances de guérison en cas de maladie. Saviez-vous que le dépistage du cancer du sein​ est gratuit pour les femmes âgées entre 50 et 74 ans ?

Ainsi, toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans sont personnellement invitées par courrier, tous les deux ans, à bénéficier d’un examen de dépistage du cancer du sein, pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale, sans avance de frais. 

​Les femmes ayant un risque élevé ou très élevé de cancer du sein peuvent bénéficier d'un suivi spécifique adapté à leur situation individuelle. Depuis le 1er septembre 2016, les personnes nécessitant un dépistage spécifique peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100 % pour les examens recommandés dans leur situation.

Le dépistage du cancer du sein est contrôlé

Dans le cadre du programme de dépistage organisé du cancer du sein, une deuxième lecture systématique des mammographies jugées normales est assurée par un second radiologue expert.​

Le dépistage du cancer du sein s'adresse aussi aux hommes

Les hommes possèdent également des seins mais ils sont moins développés que ceux des femmes. Le cancer du sein chez l'homme est rare​ et représente moins de 1 % de tous les cancers du sein affectent les hommes. Il est cependant important que les hommes sachent qu’ils peuvent être concernés par ce cancer, notamment afin de ne pas négliger les symptômes.​​

L’autopalpation mammaire, le 1er des dépistages...

Qui ne doit cependant pas se substituer à un examen médical

L’autopalpation des seins consiste à examiner soi-même sa poitrine pour vérifier qu'il n'existe aucune lésion suspecte. Il peut s’agir d’une anomalie transitoire ou persistante dans le temps. La découverte du moins signe inhabituel lors de cet auto examen doit encourager les patientes à consulter leur médecin pour des recherches plus approfondies.

En effet, l’autopalpation mammaire ne doit pas se substituer à un examen médical et ne permet pas de faire le diagnostic soi-même. Simplement, elle permet de déceler au plus tôt les anomalies pouvant être annonciatrices d'un cancer du sein et de débuter le plus rapidement possible les traitements si nécessaire.

Ce qu'il faut retenir
  • Dès 25 ans, un examen clinique (palpation) est recommandé une fois par an. Cet examen peut être réalisé par votre gynécologue, votre médecin généraliste ou une sage-femme.​
  • Dès 50 ans, vous serez invitées par la CPAM à aller réaliser un dépistage du cancer du sein dans les centres référents habilités de votre région. Une invitation vous sera envoyée tous les 2 ans, jusqu’à l’âge de 74 ans.